IJES-logo

Montreal Conference 2022


Ellulian Perspectives on Sustainability and the Arts in a Technological Society

Perspectives Elluliennes sur le développement durable et les arts dans la société technicienne

___________

July 7-9 juillet, 2022 

Montréal, Canada

 

“Ultimately, Ellul worries that the arts are incapable of confronting the hegemony of Technique; that, for the most part, they tend to reproduce dominant ideologies rather than create spaces for opposition.”

 

Best known as the author of The Technological Society (1954, English trans. 1964), Jacques Ellul (1912-94) wrote over sixty books and hundreds of articles, among them a sustained reflection on the arts, The Empire of Non-Sense: Art in the Technological Society (1980, English trans. 2014). Throughout his oeuvre, Ellul advances a radical notion of freedom and an ethics of non-power, making space for revolutionary projects and a refusal of the dominant order. For Ellul, the greatest threat to freedom is the increasing demand for efficiency, productivity, rationalization, standardization, and automation in industrialized cultures—a sociological reality he calls ‘Technique’. Witness to rapid technological intensification in the twentieth century and the atrocities of two world wars, Ellul offers not so much solutions as diagnoses of the accumulating environmental, economic, and humanitarian disasters that have resulted from an exaltation of the values of Technique. This conference addresses the question of sustainability in relation to artistic practices and industries, using Ellul’s critiques as a starting point.

In The Empire of Non-Sense, Ellul turns his attention to the entanglement of Technique and modern art. He analyses a range of artistic movements, including Pop Art, Art Brut, abstract  expressionism, and Happenings, taking up critiques offered by Bernard Charbonneau, Theodor Adorno, Pierre Daix, Guy Debord, and Abraham Moles, among others. Ellul claims that the most dramatic transformation has been the incapacity for modern artworks to symbolize beyond themselves, beyond the values of Technique. In a technological society, writes Ellul, symbols become clichés or mere images, signaling a loss of place and meaning; they become technical phenomena or embodied theory. Ultimately, Ellul worries that the arts are incapable of confronting the hegemony of Technique; that, for the most part, they tend to reproduce dominant ideologies rather than create spaces for opposition.

Ellul was also an ecological thinker, and together with Bernard Charbonneau they advanced ideas that continue to inform discourses in modern environmental and décroissance movements. For most of his life, Ellul remained in his native Bordeaux where he was as committed to grassroots activism as he was to his scholarly career, taking part in organized actions against environmental destruction in the Aquitaine region. After serving on the municipal council in Bordeaux and seeing firsthand the limitations of State politics (which, to Ellul, are incapable of escaping the logic of Technique), Ellul’s commitment to direct political action through small, autonomous groups deepened.

We invite papers and presentations from scholars, artists, activists, curators, and critics, that
consider the intersection of sustainability and the arts through an engagement with Ellul’s work. Ellul’s perspective on the arts has rarely been considered, therefore this conference is an opportunity to bring forward these critiques in relation to his theories on the increasing demand for productivity, efficiency, rationalization, and standardization in nearly all aspects of everyday life. What is the role of the arts in a technological society? What strategies do artistic practices offer in refusing the dominant order and logic of Technique? What aspects of the arts and culture industries are sustainable or unsustainable if we are to take seriously measures to prevent climate change and environmental degradation?

Topics may include, but are not limited to the following:

Call for Papers and Presentations

Submission deadline: Oct. 1, 2021
Acceptance notice: by Oct. 31, 2022
Paper submission deadline for online posting: May 1, 2022
Conference dates: July 7 – 9, 2022
Some funding may be available to those who apply by the deadline.

We invite prospective participants to send via email a title, maximum 250-word abstract, and maximum 100-word bio in a single Word or PDF file to allyson.rogers@mail.mcgill.ca. Papers may be given in English or French. Please include full name and institutional affiliation if applicable. Proposals for full panels (comprising 3-4 papers) are also welcome and should include a maximum 300-word rationale for the panel in addition to abstracts for each individual paper.

We particularly invite submissions from artists and members of marginalized communities. These can have more of a presentation style rather than being a formal paper. All submissions will be reviewed by our program committee, and acceptances will be sent out by Oct 31, 2021.

______________

Appel à communications

Perspectives Elluliennes sur le développement durable et les arts dans la société technicienne

7–9 juillet 2022  Montréal, Canada

 

Connu d’abord comme l’auteur de La Technique ou l’enjeu du siècle (1954), Jacques Ellul (1912-1994) a écrit plus de soixante livres et des centaines d’articles, dont une réflexion approfondie sur les arts, L’Empire du non-sens: L’Art et la société technicienne (1980). À travers son œuvre, Ellul défend une idée radicale de la liberté et une éthique de la non-puissance, ouvrant un espace pour des projets révolutionnaires et un refus de l’ordre dominant. Pour Ellul, la plus grande menace à la liberté est l’exigence croissante d’efficacité, de productivité, de rationalisation, de standardisation et d’automation dans les cultures industrielles—une réalité sociologique qu’il appelle la Technique. Ayant été témoin de la rapide intensification technologique au vingtième siècle et des atrocités de deux guerres mondiales, Ellul n’offre pas tant des solutions que des diagnostics quand il traite des catastrophes écologiques, économiques et humanitaires causées par l’exaltation des valeurs de la Technique. Cette conférence aborde la question du développement durable par rapport à les arts et la pratique artistique ainsi que ses industries connexes, avec comme point de départ les critiques formulées par Ellul. 

Dans L’Empire du non-sens, Ellul examine en particulier l’intrication de la Technique et de l’art moderne. Il analyse toute une gamme de mouvements artistiques, dont le Pop Art, l’art brut, l’expressionisme abstrait et les happenings, reprenant des critiques apparentées par Bernard Charbonneau, Theodor Adorno, Pierre Daix, Guy Debord et Abraham Moles, parmi d’autres. Ellul soutient que la transformation la plus spectaculaire est l’incapacité des œuvres modernes à symboliser quoi que ce soit en dehors d’elles-mêmes et des valeurs de la Technique. Dans une société technicienne, écrit Ellul, les symboles deviennent des clichés ou de simples images, signalant une perte de lieu et de sens; ils deviennent des phénomènes techniques ou de la théorie incarnée. En définitive, Ellul s’inquiète de ce que les arts sont devenus incapables de faire face à l’hégémonie de la Technique; de ce qu’ils reproduisent dans l’ensemble les idéologies dominantes au lieu de créer des espaces d’opposition. 

Ellul était également un penseur écologique et, avec Charbonneau, ils ont avancé des idées qui continuent à alimenter les discours des mouvements environnementaux et de décroissance modernes. Pour la majeure partie de sa vie, Ellul est demeuré dans sa ville natale de Bordeaux, prenant son engagement sur le terrain aussi sérieusement que sa carrière universitaire, en participant à des actions organisées contre la destruction de l’environnement dans la région d’Aquitaine. Après avoir siégé au conseil municipal de Bordeaux et avoir constaté les limites de la politique d’état (qui selon lui est incapable d’échapper à la logique de la Technique), Ellul s’engage dans l’action politique directe par le biais de petits groupes autonomes.

Nous invitons chercheurs, artistes, militants, conservateurs et critiques à présenter des articles et exposés sur l’intersection de la durabilité et les arts par le biais d’un engagement avec la pensée d’Ellul, dont la perspective sur les arts a rarement été prise en compte. Cette conférence est donc l’occasion de mettre en avant ces critiques en relation avec les théories sur la demande croissante de productivité, d’efficacité, de rationalisation et de standardisation dans presque tous les aspects de la vie quotidienne. Quel est le rôle des arts dans une société technologique? Quelles stratégies les pratiques artistiques offrent-elles pour refuser l’ordre dominant et la logique de la Technique? Quels aspects des arts et des industries culturelles sont durables ou non-durables si nous voulons prendre des mesures sérieuses pour combattre le changement climatique et la dégradation de l’environnement?

Voici une liste non exhaustive de thématiques proposées:

Date limite de soumission des propositions: le 1er octobre 2021
Confirmations des propositions retenues: le 31 octobre 2021
Dates de la conférence: 7–9 juillet 2022
Un financement peut être disponible pour ceux qui soumettent leur demande avant la date limite.

Les propositions de contribution de 350 mots maximum, accompagnées d’une notice biobibliographique de 100 mots en page simple et en format Word ou PDF seulement, devront être envoyées avant le 1er octobre 2021 à l’adresse suivante: allyson.rogers@mail.mcgill.ca

Les communications peuvent être présentées en anglaise ou en français. Veuillez indiquer votre nom complet et votre affiliation institutionnelle, le cas échéant. Les propositions de panels complets (comprenant 3–4 articles) sont également bienvenues et doivent inclure une justification de 300 mots maximum pour le panel en plus des résumés de chaque article individuel. Nous invitons particulièrement les artistes et les membres de communautés marginalisées à soumettre leurs propositions. Les soumissions seront examinées par un comité et les acceptations seront envoyées au plus tard le 31 octobre 2021.

Appel à communications (date limite 1er octobre 2021)

______________

 

Conference Planning Team: Allyson Rogers, David Lovekin, Christian Roy, Albert Moritz
Contact:  allyson.rogers@mail.mcgill.ca
Registration (with lodging information) will begin in September 2021.
Read “Ellul and Modern Art” Theme article by David Lovekin: “The Problem of Art and Symbol in the Technological Society”