IJES-logo

AIJE April 2024 Bordeaux Conference

An invitation to the next Association Internationale Jacques Ellul Conference

April 25-27, 2024 

Bordeaux, France

“JACQUES ELLUL AT A TIME OF CHALLENGE FOR OUR CENTURY 

       Programme de la conférence

 

Our sister society, the Association Internationale Jacques Ellul, invites all members and friends of the IJES to attend a three-day conference in Bordeaux, France, this coming April 25-27, 2024. For more information, visit the conference website https://jacquesellul2023.sciencesconf.org  or e-mail the AIJE at AIJE33@wanadoo.fr
This will be an extraordinary opportunity to meet leaders in the field of Ellul scholarship, reflect on the challenges of our time, and visit the beautiful city of Bordeaux. You will have a great opportunity to work on your French language skills but the conference organizers welcome English speakers as well.
 
Conference Description
 
The year 2024 corresponds to the 30th anniversary of the death of Jacques Ellul (1912-94), the 70th anniversary of the publication of La Technique, ou l’enjeu du siècle (and the 60th anniversary of  its English edition as The Technological Society (1964)), and the 80th anniversary of Ellul’s appointment to the post-war city administration of Bordeaux (1944). Beyond these symbolic dates, there are many other reasons to focus our attention on the work of Jacques Ellul. Ellul provides keys to understanding the development of artificial intelligence, transhumanism, the ecological crisis, “fake news” and a post-truth culture, the surveillance society, the omnipresence of social networks, the rise of populism, and the fatigue of democracy.
 
Author of more than sixty-five books (translated into fifteen languages) and 1200 articles, the analyses of Jacques Ellul continue to sustain a deep reflection and debate and to inspire hundreds of researchers and thinkers throughout the world. This international, multi-disciplinary colloquium provides an exceptional opportunity to attest to the ongoing vitality of Ellul’s thought. Has it retained all of its relevance? In what domains? Should any of Ellul’s perspectives be modified? How might we illustrate and extend Ellul’s insights today? 

 

__________________________________________

 

L’année 2024 correspond au trentième anniversaire de la mort de Jacques Ellul (1912-1994), au soixante-dixième anniversaire de la publication de son maître livre La Technique ou l’enjeu du siècle (1954), ainsi qu’au quatre-vingtième anniversaire de sa nomination à la délégation municipale spéciale de Bordeaux en 1944. Mais bien au-delà de ces trois dates symboliques, nombreux sont les motifs actuels de s’intéresser à l’œuvre d’Ellul. Elle offre des clés d’interprétation des progrès fulgurants de l’intelligence artificielle, du développement des NBIC et du transhumanisme, de la crise écologique, des fake news et de la post-vérité, de la surveillance et du profilage des populations, de l’omniprésence des réseaux sociaux, de la montée des populismes et de la fatigue démocratique, du réenchantement du monde et de la poussée des intégrismes.

Historien du droit, agrégé de droit romain, théologien et éthicien protestant, Jacques Ellul s’est d’abord fait connaître dans le monde anglophone par la publication de The Technological Society (1964). Ses travaux sur la propagande sont venus s’inscrire dans le droit fil de sa sociologie du phénomène technicien. Sa trilogie sur la révolution et les révoltes est apparue comme une approche originale du changement social combinant les sciences humaines et sociales avec les préoccupations éthiques. Auteur de plus de soixante-cinq livres, traduits en une quinzaine de langues, et de 1200 articles, les analyses de Jacques Ellul suscitent toujours la réflexion et le débat et continuent d’inspirer des centaines de chercheurs de par le monde.

Ce colloque international et pluridisciplinaire constitue une opportunité exceptionnelle pour attester de la vitalité de sa pensée. A-t-elle gardé toute sa pertinence ? Dans quels domaines ? Que faut-il désormais en écarter, en modifier ou en conserver ? Comment l’illustrer et la prolonger aujourd’hui ?